12 août 2009

Les cygnes flottent encore

Avant-hier, je me suis réveillée dans le souvenir d'un rêve. Rêve de toi, c'est pas si courant, mais pas si rare non plus. C'était le soir de mon premier jour de vacances. Et toi aussi. On devait s'voir mais on n'y arrivait pas. On n'arrivait pas à se capter. Enfin c'est flou. J'me souviens juste qu'à la fin, tu finissais par me dire "mais viens, viens avec moi, je pars à Washington demain, il reste une place dans la voiture". Je ne me demande à aucun moment pourquoi Washington. Destination un peu incongrue venant de ta part. En même temps pourquoi pas. Je crois que quelqu'un à du en parler la veille dans une discussion au boulot... Dans les rêves, parfois les choses sont simples. On peut faire Paris-Washington en voiture, par exemple. Mais même dans les rêves, avec toi c'est pas simple. Je sais pas quoi faire, j'hésite, j'ai envie de venir, mais j'veux pas te dire oui, pas comme ça.
Enfin, je ne me souviens plus de la fin, juste que c'était compliqué.

Ce matin là, je pars au boulot, je rentre dans le métro, y a un type sur le quai qui jongle avec des bolas. Les mêmes, exactement les mêmes que les tiennes, mêmes rayures, mêmes couleurs (y en a peut-être pas 50 modèles, non plus...). Je penche la tête vers ses chaussures. Des espèces de Doc Martens. Y a une grosse écriture argentée dessus : "US".
Je souris.

Posté par bleucarton à 19:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les cygnes flottent encore

Nouveau commentaire